Chronique du 7 janvier, 2021
Par David Boulet le menu par Julien Roux


Un grand vin de bordeaux

La Terrasse de la Garde 2017
Pessac-Léognan rouge


Me voilà à nouveau sous le charme d'un grand vin de Bordeaux, Pessac-Léognan rouge le château la Garde, clairement adorable et élégant en fonction des saveurs du plat de ce soir. Je prends très à cœur ce projet qu'est de choisir un vin en accord avec un plat mijoté par mon cuisinier.

Voilà que cette nouvelle année commence très fort sur un excellent accord avec ce vin.

J'ai une très grande admiration pour ce domaine Dourthe, une conquête d'hier à aujourd'hui qui à traversé le monde de Bordeaux. De cette belle génération que fait l’acquisition du Château La Garde dans les années 1990, il développe ainsi à travers ses vignobles un producteur aussi fidèle que ses ancêtres : il reprend à son tour le travail des vignes et continue d'offrir à notre plus grand plaisir un vin de qualité.

Le Château La Garde est l’un des premiers domaines viticoles à avoir mis en place une "agriculture intégrée". Ainsi, c'est un ensemble de pratiques agricoles mêlant agricultures biologiques et conventionnelles. Une très belle définition du travail de la vigne au verre - et ce malgré les caprices de la nature - le vignoble reflète les principes minutieux et attentifs de leur capacité à reconnaître un vignoble en bonne santé.

Séduit par la qualité du terroir exceptionnel d'un grand vin Pessac-Léognan, j'étais très serein quant à l'harmonie entre un plat et ce fameux vin. Ce mélange s'est bien comporté grâce à ses trois cépages réunis selon la tendance des sols et du climat. La tendance commence géographiquement à la recherche de la qualité puis à cela s'ajoutera un parcours fort intéressant concernant le travail des humains, dotés de mains très soyeuses. Evidemment, cela reflète sans aucun doute la reconnaissance à laquelle se comporte le climat chaque année.

Mettons les petits plats dans les grands : À table, le menu est servi. En accompagnement, l'incontournable et classique pizza. C'est l'un des plats les plus appréciés ici au Québec, avec la poutine, évidemment. Ce magnifique plat à été préparé à la maison, par les mains d'un cuisinier certifié. Tout d'abord, la pâte a reposé pendant 24 heures, et cela en valait la peine, car cette belle réalisation est devenue mon coup coeur du menu : pizza au prosciutto et à la roquette. Un goûter savoureux à base de tomates, de deux sortes de fromages dont le prosciutto, mais également quelques arômes de fleur de sel et du vinaigre balsamique.

Prenez note de ceci : il n'y a absolument aucun accord parfait ! Ce qu'il faut retenir, c'est simplement de créer une harmonie entre les saveurs, les arômes et le vin. En effet, je vous l'accorde, c'est parfois facile difficile. Il vous faut donc rester tout simplement à la source, c'est-à-dire l'essence même du vin. En suivant ce conseil, l'harmonie entre le plat et le vin ne pourra être que parfaite.





Note de dégustation


La dégustation à été très ouverte, menant à une belle harmonie entre cépages dont l'intégration du Merlot à 89 %, le Cabernet Sauvignon 10 % et 1% Petit Verdot.

À l'oeil, la robe est au sommet de sa jeunesse : une couleur rubis bien élancée, une brillance élégante et magnifique dotée d'une texture aussi belle que dense.

Le nez s'ouvre d'arômes herbacés : un côté bouqueté, fumé et au doux parfum de mûres. Malgré sa jeunesse, il est à son sommet doté d'une maturité très définie en fruits. Il reste malgré cela séduisant à l'odorat et s'impose comme une très belle réussite aux notes de fruits frais avec un peu de retenue sur l'évolution du millésime.

En bouche, il se présente de façon très séduisante : il est souple et avancé. Nous noterons la persistance de fruits rouges - un rouge pleinement charmeur - et les tanins sont agréables en bouche. Ils sont sans lourdeur et d'une finalité bien texturée, soyeuse et élégante en fraîcheur.